Les derniers commentaires de Gemini

Portrait de Gemini

De nombreux manga se déroulent dans la réalité du quotidien et se veulent crédible. Or, qu'est-ce qui est le plus crédible ? Un monde où le Japon a changé du jour au lendemain grâce à metoo, ou un monde où le sexisme existe au quotidien ?

Si ce phénomène se ressent plus dans les productions nippones que dans les françaises, c'est peut-être justement car il existe bien plus d’œuvres de fiction au Japon ancrées dans un quotidien réaliste. Ce qui ne signifie absolument pas que le sexisme n'existe pas en France.

Portrait de Gemini

Je crains que nous ne soyons minoritaires... D'où la différence de traitement médiatique.

Portrait de Gemini

D'accord concernant le traitement médiatique des deux films. Quelques éléments de réponse tout personnels.
J'estime que le public n'attend strictement rien de Marvel Studios, tout simplement car les personnages ne leur parlent pas. Historiquement, les comics Marvel Comics ont été mieux distribués en France que les DC Comics, mais Superman et Batman n'en restent pas moins infiniment plus iconiques ; de fait, la majorité des spectateurs les connaissent - ou du moins croient les connaitre - et cela les rend plus exigeants concernant leur traitement que pour les héros Marvel Comics, qu'ils ne connaissent absolument pas. Cela oblige Warner Bros à traiter ses héros avec des pincettes tout en sachant que chaque choix pourra lui retomber dessus, tandis que Marvel Studios peut faire ce qu'il veut et ne s'en prive pas, modifiant en profondeur des personnages majeurs tout en sachant ne provoquer l'ire que de quelques lecteurs au fond d'une cave (je caricature à peine). Paradoxalement, Marvel Studios essaye de garder certains traits de caractère majeurs en dépit de la logique cinématographique ; The Vision et Scarlet Witch ont été mariés pendant de nombreuses années dans le comics, donc une relation est mise en place dans Civil War, même si la durée du film empêche de la développer.
Ensuite, je me rappelle de plusieurs critiques à l'époque de Guardians of the Galaxy, indiquant que le film ne pouvait être qu'une comédie car il aurait été impossible de prendre au sérieux un raton laveur qui parle ou un arbre de l'espace. Ce qui m'avait bien énervé, cela témoignait surtout d'un manque d'imagination. Il n'empêche que c'était représentatif de ce qu'est devenu le MCU : les producteurs me donnent l'impression de consider que les comics qu'ils adaptent sont débiles, que le public sait que c'est débile, donc qu'il faut les traiter comme d'immenses farces, des bouffonneries où rien n'a d'importance. Cela permet de faire passer n'importe quoi, parce que 'lol c'est une blague'. Non seulement, le traitement bien plus sérieux de la part de Warner Bros rend le public plus exigeant envers leurs productions, mais en plus, le MCU a imposé un traitement du super-héros auquel tout nouveau long-métrage se devrait de souscrire. Un des principaux reproches fait à Batman v Superman, c'est de manquer d'humour ! Comme s'il ne pouvait pas posséder son propre style. Warner Bros a bien reçu le message, et s'est empressé de remonter Suicide Squad pour lui donner un ton résolument plus Marvel Studios ; sauf que comme il avait été tourné dans l'ambiance sombre jusque-là propre aux adaptations modernes de DC Comics, le film a le cul entre deux chaises et ne sait plus du tout dans quel sens il va...
Enfin, si les premiers long-métrages du MCU pouvaient bénéficier de réalisateurs-auteurs - Kenneth Brannagh, Joe Johnson - ce n'est plus le cas depuis longtemps. Les producteurs ont trouvé la recette - une blague toutes les XX secondes, une scène d'action toutes les XX minutes - et la reproduisent à l'infini avec des réalisateurs dociles issus de la télévision. Ce sont des produits standardisés qui n'ont plus suffisamment de personnalité, ne prennent pas suffisamment de risques, pour cliver le public. Il faut que ce soit le plus lisse possible. A l'inverse, Batman v Superman possède une identité propre au risque de s'aliéner une partie du public ; ce qui, compte-tenu de la réputation déjà peu flatteuse de Zack Snyder, n'a absolument pas manqué.
Après, je en vais pas non plus défendre Batman v Superman outre mesure, déjà car il manquait clairement des scènes à la version cinéma pour rendre le scénario plus fluide - scènes incluses dans la version longue, ce qui rend leur absence injustifiable même si le studio refusait de sortir un film de 3h - car Warner Bros essaye de rattraper son retard en introduisant n'importe comment les autres héros de la JLA, et car tous les éléments importants étaient déjà dans la bande-annonce. Il n'empêche que le film fait plaisir, en raison justement de son traitement plus sérieux que chez la concurrence, plus sombre, avec une véritable personnalité. Mais après avoir vu Suicide Squad, j'ai très peur d'une 'marvelisation' des adaptations DC Comics, notamment en raison de cette différence de traitement médiatique donnant l'avantage à Marvel Studios. D'autant que, à l'instar de Batman v Superman, il semble clairement manquer des scènes dans Suicide Squad, permettant de développer les personnages et leurs relations, qui risquent fort d'être présentes dans la version longue ; en l'état, sans les scènes en question, le long-métrage ne tient de toute façon pas debout. Ce qui me pousse à penser que je risque fort d'éviter les sorties en salles des prochaines adaptations DC Comics afin d'attendre les versions longues, en réalité les versions qui devraient être diffusées au cinéma. Mais j'irai quand même voir Wonder Woman, parce que c'est Wonder Woman.

Portrait de Gemini

Mais euh, pourquoi seulement les "amatrices" de shôjo ? Nous aussi, nous avons des sentiments.

© 2019 AKATA. Tous droits réservés.