Seediq Bale, les guerriers de l'Arc-en-Ciel

Auteur(s): 

En 1895, à l’issue d’une longue guerre, la Chine cède au Japon l’île de Taïwan. Si la cohabitation entre Chinois et peuples autochtones de l’archipel se faisait jusqu’alors de manière à peu près pacifique, ce faible équilibre va être rompu par l’arrivée de l’armée nippone. Exploitation fores- tière intensive, spoliation des peuples aborigènes, dans le déni le plus total de leurs traditions... Après plusieurs dizaines d’années d’oppression, une tribu, celle des Seediq, prendra la tête en 1930 de la révolte la plus longue et la plus violente de l’histoire de l’occupation japonaise de l’île. Menés par Rudo Mouna, le chef le plus respecté de leur communauté, ces guerriers coupeurs de tête se soulève- ront, pour retrouver leur fierté, honorer leurs ancêtres et la philosophie Gaya qui anime leur vie ! Comment des « sauvages » primitifs ont-ils pu terrifier et lutter avec autant de courage contre une armée aussi sophistiquée que celle du peuple du pays du Soleil Levant ? Bien plus qu’un simple roman graphique d’auteur, Seediq Bale, les guerriers de l’Arc-en-Ciel s’impose comme un véritable pamphlet en faveur des peuples opprimés et du respect des cultures premières.

Prix du meilleur dessin au FIBDA 2011
Prix de la meilleure BD asiatique à Chambéry 2012
Parlez-en à vos amis :
Acheter en ligne :

Tous les volumes de cette série

Seediq Bale, les guerriers de l'Arc-en-Ciel

Vous avez aimé ? Alors vous aimerez peut-être :

Mes Années 80

Au début des années 80, à Taïwan, Sean Chuang n’est qu’un jeune enfant.

Moi, jardinier citadin

A mi-chemin entre Les Ignorants et Une sacrée mamie, Moi, jardinier citadin est l'histoire vraie d'un dessinateur coréen

L'argent du déshonneur

Japon, période féodale. Il vint le moment où lors des combats, on commença à échanger sa vie contre un engagement économique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.