Jun est lycéen, et il est gay. Bien que vivant caché, il sait parfaitement qui il est. Fan de Freddie Mercury, il fréquente un homme plus âgé que lui… et marié ! Son seul véritable confident, Mister Farenheit, est une connaissance d’internet avec qui il discute via les réseaux sociaux. Mais quand un matin, au détour d’une librairie, il croise Miura, une de ses camarades de classe, en train d’acheter un manga homo-érotique, son quotidien va petit à petit s’effriter. Car cette dernière, fan de « tout ce qui est homo », ne voit pas l’évidence devant elle. Petit à petit, la lycéenne va tomber amoureuse de Jun… Ce dernier, prêt à tout pour entrer  dans le moule et obtenir un bonheur « comme les autres », va essayer de répondre à cet amour. Combien de temps pourra-t-il entretenir ce mensonge ?

Serie complete
Age minimum conseillé: 16 ans
  • Les volumes de cette série
  • Les tomes numériques
Je ne suis pas un gay de fiction
Je ne suis pas un gay de fiction

Vous avez aimé ? Alors vous aimerez peut-être :

Commentaires

Les Livres de Flo le 22 09 2019 12:06

Ce roman est complètement bouleversant. C’est un torrent d’émotions diverses qui m’a emportée avec lui au fil de ma lecture. Les sujets abordés sont sensibles, difficiles, mais il est nécessaire de les aborder. Les personnages sont cohérents et nous font vivre une expérience unique. Ce livre nous sonde et nous questionne. C’est un appel à la bienveillance et l’acception de soi et des autres. Un coup de cœur à découvrir absolument.

https://leslivresdeflo.home.blog/2019/09/22/je-ne-suis-pas-un-gay-de-fiction-naoto-asahara/

Marion M. le 13 03 2020 14:15

Je pensais que ce livre démystifiait les clichés envers les homosexuels, je ne peux que constater qu’il n’en est rien.

Tout d’abord, le/les traducteur(s) ignorent-ils l’existence de l imparfait ? Car avoir des « -é » à la place de tous les « -ais/-ait », ce n’est plus de la faute de frappe.

Jun a 16ans et sort avec un homme de quarante ans. Ce n’est pas de la pédocriminalité ? N’y a-t-il pas un abus de pouvoir ? Ça ne choque visiblement aucun lecteur. D autant plus que le quarantenaire demande à sa victime, pardon, son « amant » de l’appeler « papa » lors de leurs ébats. Loin d’être une analyse tordue de ma part, cet homme avoue avoir des désirs pour son propre fils. Inceste donc.
Un autre personnage de 15ans sort avec son cousin de 35ans. Inceste + pédophilie encore. So original. Et c’est toujours l’enfant qui va séduire et insister pour que l’autre, l’adulte, veuille bien « coucher avec lui ».

Mais si ce n’était que ça. Lors d’un rapport sexuel, la quarantenaire dit qu’il veut coucher sans capote, ce que son « amant » refuse... mais il s’en fiche et le rapport se conclura dans l’ombre d’une capote. Sachant que le sida est plus que largement mentionné, c’est d’autant plus déplacé.

Ajoutons aussi un personnage qui salue ses camarades en leur pressant allègrement le sexe à travers leur pantalon, continuant alors que ceux-ci lui demandent d’arrêter. Serait-ce une agression sexuelle ? Il me semble que la loi dit que oui. Le comble étant que cela ne choque personne et pire, les jeunes filles fan de yaoi trouvent cela excitant

Pour le « fun », deux filles incitent un mec à peloter le narrateur (Jun) sans lui demander son avis. Agresseion sexuelle encore ? Oui. Agression qui se solde par les excuses de la victime qui aurait réagi de façon « trop émotive ».

Je m’arrête là mais je pourrais aisément donner la référence des pages en question. Un livre abjecte qui prône la pedocriminalité, la culpabilisation des victimes, banalisent les agressions sexuelles. Je le déconseille fortement aux mineurs..

Andro le 10 04 2020 23:57

Je comprends ta critique.

Pour autant tu pars du postulat que ce livre va démystifier les clichés sur les homo.
Je ne suis pas sûr que ce soit le postulat de départ. Il me semble que l'auteur a voulu montrer une vision de l'homosexualité. Une facette. Qui existe et qui n'est pas toute rose. Qui est peut-être choquante, voire illégale et/ou immorale...
ça ne se veut pas représenter l'homosexualité de manière exhaustive (et heureusement). Après moi aussi j'ai été gêné par ces écarts d'âge mais... ça existe... je ne trouve pas que ça en fait l'apologie mais c'est vrai que le trop de adulte/ado ça a peut-être joué dans ma non-appréciation de ce roman.

(La couv est top par contre)

Laissez un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.