We used to be friends but...

Portrait de SHKareshi
Billet écrit par SHKareshi
Le mer, 17/04/2013 - 20:25
Catégories: 

Si vous vous intéressez un tant soit peu à l'univers des séries TV, vous n'avez pas pu passer à côté du dernier évènement qui vient de faire le buzz... De quoi je parle ? Du retour de Veronica Mars, bien sûr ! Tout commence officiellement il y a un peu plus d'un mois quand Rob Thomas et Kristen Bell annoncent, via une vidéo, que la WB serait prête à produire un film dérivé de la série s'ils arrivent à mobiliser les "fans" pour réunir 2 millions de dollars... Aouh... Rien que ça ?! Le projet de collecte de fonds est lancée sur Kickstarter (le fameux site de collaboratif), et là, c'est le choc ! En moins de 48H, les 2 millions de dollars sont réunis. Comment ne pas rester sans voix ? Alors que l'objectif était de les atteindre en 1 mois... Et comme si ça ne suffisait pas, la collecte de fonds continue de plus belle, pour finalement dépasser les 5 millions (soit, plus du double de ce qui était nécessaire).

Là, forcément, tout le monde est ravi, et on ne peut que s'incliner devant le nombre de records battus. N'empêche que !!! Il y a quand même de quoi se poser des questions... Alors clairement, je me réjouis du retour de Veronica Mars !!! Il faut dire qu'avec Glee (beeen, quoi ? Ca vous gêne ?), cette série est ce qui est arrivé de mieux dans le paysage audiovisuel grand public depuis ces 15 dernières années. Mais il y a tout de même de quoi rester sans voix. D'abord, le comportement de Warner Bross est quand même bien choquant. Ne se font-ils pas assez d'argent comme ça, pour avoir besoin d'aller râcler le nôtre ? Je ne doute pas une seule seconde de la sincérité de Rob Thomas et des différents acteurs, mais plutôt des patrons de la WB. D'ailleurs, cette histoire ne peut que faire penser à Dupuis et son Largo Winch sur My Major Company. C'était même bien pire, en fait, puisqu'avec plus de 400 000 exemplaires vendus pour le dernier tome, la série est déjà en elle-même rentable. Le reste, c'est de l'investissement promo, et je trouve assez choquant de vouloir faire financer ça par les lecteurs quand en soi, la "licence" tourne bien. Que des producteurs ne veuillent pas prendre des risques sur un projet dont la rentabilité reste à prouver est une chose, que des financiers profitent des lecteurs en est une autre...

Au-delà de ces considérations sur les riches qui veulent toujours se faire plus d'argent (aaah, bah tiens ! Ca parle aussi de ça, Veronica Mars...) tout cela soulève beaucoup d'autres questions. Pourquoi quand il faut agir concrêtement pour faire bouger la société positivement, personne ne se mobilise ? Et si, en l'espace d'un mois, 90 000 personnes collectaient près de 6 millions de dollars à reverser à des associations caritatives, ou simplement pour des projets sociétaux ? D'ailleurs, si les fans, téléspectateurs & lecteurs, commencent à financer les oeuvres, que devient le rôle de l'éditeur dans tout ça ? Drôle d'époque, qu'on est en train de vivre... Quoiqu'il en soit, et pour développer le dernier point seulement : d'un point de vue de l'édition du manga, purement au Japon, finalement, la place de l'éditeur n'est pas trop remise en cause. Tout simplement car les responsables éditoriaux sont de véritables coachs, capables de tirer le meilleur des artisants (les mangaka) avec qui ils collaborent. Mais en France, de nombreux projets sont publiés tels quels, il parait... Le rôle de l'éditeur est alors de diffuser un livre ? D'en faire la promotion ? Bon, les choses sont évidemment bien plus compliquées. Mais quand on bosse dans le manga, et qu'on se "contente" d'acheter des droits à des entreprises japonaises, la question prend alors une toute autre dimension...

Bon, et pour répondre à tous les curieux qui vont évidemment me poser la question : ben ouais, j'ai sans hésiter une seule seconde participé le jour même au financement du film de Veronica Mars. Parce que Veronica, elle roxx !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.